Avec la révolution du numérique et la multiplication de salons ou de festivals de nombreux photographes se tournent vers la photographie de nature. Les voyagistes proposent de réaliser des photos spectaculaires sur des spots soigneusement choisis et à l’heure voulue, pour une clientèle parfois élitiste. Le matériel dernier cri ou la  tenue de camouflage high tech ne fait pas de vous un spécialiste. Pire encore l’obsession d’un résultat immédiat génère parfois un comportement compulsif.


Photographier la nature

UNE APPROCHE

Peu de photographes aspirants à la photographie de nature font l’effort de s’intéresser à leur sujet et de découvrir par eux mêmes des lieux ou des espèces vivantes. Autrefois, il était d’usage de venir à cette discipline par passion naturaliste.

Pour autant photographier notre environnement est un excellent moyen de renouer avec la nature. L’approche suppose une démarche physique et philosophique enrichissante basée sur la connaissance, la patience et la persévérance sans rien exiger en retour.

Photographier la nature est la formule générique regroupant des domaines différents et des techniques variées. Pour vous lancer dans l’aventure, posez-vous quelques questions :

  • Quelles sont mes envies ? (faune, flore, paysages…)
  • De quel matériel je dispose ou j’ai besoin ? (en rapport avec votre budget, votre forme physique…)
  • Combien de temps puis-je consacrer à cette pratique et à quelle fréquence ?

Vos envies peuvent-être d’aller à la rencontre de la faune ou de la flore, de découvrir la proche région, de gravir des montagnes au lever du jour, de voyager ou d’explorer des milieux inconnus… Il est tentant de tout vouloir faire mais mieux vaut aller dans une direction.

la photographie nature

LE MATERIEL

Votre matériel conditionne en partie vos possibilités d’action. Il peut-être insuffisant ou inadapté à vos envies. L’achat d’un nouveau matériel doit correspondre à un besoin ou une exigence d’encombrement, de poids ou de budget… Pour cela rien de tel que de se rapprocher de personnes passionnées prêtes à donner leurs conseils dans les salons ou les expositions locales. Le festival international de la photographie animalière et de nature de Montier en Der (Les portes du Der) est devenu un évènement incontournable dans le domaine avec la présence des plus grandes marques d’appareils photo et d’observation. Des sites spécialisés pouroont vous donner un aperçu des tests de boîtiers ou d’objectifs : https://www.dxomark.com/ ou https://www.lesnumeriques.com/ et consultez les nombreux forums pour discuter avec des photographes amateurs ou avertis. N’oubliez pas que la photographie de nature peut être réalisée avec n’importe quel matériel, y compris un smartphone !

GERER SON TEMPS

Le temps disponible pour pratiquer votre activité conditionne la réussite des prises de vues. C’est à vous de vous adapter à la nature et non l’inverse. En général il faudra se lever tôt ou se coucher tard pour bénéficier de la meilleure lumière ou pour voir les animaux (il peut y avoir des exceptions). Pensez à l’approche de votre sujet et comment vous pourrez provoquer la meilleure occasion pour obtenir la meilleure image. Êtes-vous capable de supporter une journée entière d’affût inconfortable pour tirer le portrait d’un animal ? Êtes-vous prêt(e) à vous vautrer parterre sur des sols improbables et à supporter les piqûres de moustiques ? Êtes-vous suffisamment disponible pour retourner plusieurs fois au même endroit en fonction de la saison et de la météo ?

LA PREPARATION

En règle générale, la bonne image de photo nature n’est pas que le fruit du hasard et de l’improvisation. Connaître son sujet est un minimum et plus on en sait moins on fera d’erreur. Lisez  La HulotteLa salamandre, les encyclopédies ou les ouvrages rédigés par Robert HAINARD ou Paul GEROUDET. Vous trouverez énormément de magazines, de sites et de vidéos pour vous familiariser avec la technique de photo nature que ce soit d’un point de vue théorique ou de terrain. Les revues comme Nat’Images ou Image et nature sont un moyen de découvrir les expériences de photographes tout comme le forum Benelux nature photo

L’EXPERIENCE

Pour mieux pratiquer votre loisir favori, il vous faudra définir un terrain de jeu. Vous pouvez choisir un safari, un séjour pour découvrir le tigre ou le grizzli, un voyage en arctique et bien d’autres choses. On vous indiquera peut-être même l’endroit où vous placer pour faire l’image que tout le monde a fait des milliers de fois. Les querelles entre photographes font rage sur cette pratique et sur l’affût payant. Mais vous pouvez aussi choisir un coin de jardin, une forêt toute proche, les champs cultivés ou les étangs de votre région. La tâche est plus ardue mais le plaisir mérité. Pour cela il faudra sortir et sortir encore, faire un état des lieux et suivre son évolution (pour le meilleur ou pour le pire). Ne vous obstinez pas et tirez certaines conclusions de vos échecs.

LA TECHNIQUE

Autant que le matériel, la technique est différente selon les sujets photographiés : la macrophotographie ou la microphotographie, la photo d’oiseaux ou de grands mammifères, la photo nocturne, l’astrophotographie, le paysage sur trépied, la photo aérienne ou par drone… Mieux vaut se spécialiser dans un domaine. Intéressez-vous à ce qui se fait en parcourant le Web et complétez vos connaissances techniques ou naturalistes. De Stéphane HETTE (http://artofbutterfly.com/) en passant par Vincent Munier (http://vincentmunier.com/) la liste des photographes de renom pourra vous inspirer ou vous donner des idées. Vous pourrez peut-être gagner du temps dans votre apprentissage en participant à un stage photo qui répondra à vos attentes.

UNE ETHIQUE

La réalisation d’une image, aussi belle soit-elle, ne justifie pas de contourner les règles élémentaires. Respecter le vivant et son environnement est une devise « universelle » pour un photographe naturaliste. Mal pratiquée, la photographie de nature peut conduire à la destruction involontaire d’espèces communes ou menacées. Le respect de certains cycles biologiques impose de s’interdire la réalisation de certaines images à certains moments de l’année ou même de fréquenter des endroits particuliers. Considérez-vous comme un acteur responsable de la protection de la nature et de la biodiversité. Il importe de minimiser votre impact et les traces de votre passage, en toute saison. Vous pouvez vous rapprocher d’associations locales œuvrant dans la protection et la connaissance de la nature pour découvrir la réglementation de certains lieux et les accès interdits (réserves, parcs…). Il vous faudra aussi respecter les lieux privés.

ETRE MILITANT ET PARTAGER

Véritable « Ambassadeur » de la nature, vous deviendrez naturellement son porte-parole avec l’envie de montrer vos images et de partager vos expériences. Le monde de la photographie et celui de la photo nature n’est pas toujours tendre en critiques. N’attendez pas de reconnaissance de la part des réseaux sociaux ou des forums, juste du plaisir de partager en écoutant les conseils avisés. Tentez un concours ou une exposition pour exprimer votre sensibilité.

MISER SUR LE LONG TERME

Certains sujets réclament plus de temps que d’autres, développer votre savoir-faire et votre sens artistique aussi. Les sujets saisonniers sont traités dans un temps relativement courts. Certains instants éphémères n’ont lieu qu’une fois dans l’année et de manière incertaine. La recherche de l’espèce la plus rare n’est pas un but en soi et sans aller à l’autre bon du monde construisez votre propre vision de la nature en abordant différents sujets de manière différente. N’ayez pas peur de rentrer bredouille mais envisagez plutôt de passer chaque moment dans la nature comme un instant unique.

Cet article vous a plu, vous avez une question ou une remarque… laissez moi un commentaire.